LE WEBZINE DU RAP SENEGALAIS

Suivez-nous

Interview Elzo Jamdong [partie1]

Macina, second album d’Elzo Jamdong est sorti aujourd’hui. Pour l’occasion, on a discuté du projet avec lui.

L’aprés Freengdom, la cover et le titre de l’album, le choix des producteurs, découvrez la première partie de l’interview.

RD : Tu as sorti Freengdom, ton premier album, il y a deux années. Quel bilan en fais-tu ou comment tu le juges au moment de sortir Macina dans quelques semaines?

Un bilan positif. Moi je veux être vu comme un faiseur d’albums car je ne manque pas de choses à dire, donc je concevais mal d’avoir Mister Thiere qui, en plus d’être un fou en beatmaking, est aussi un taré en mixage, et ne pas dépasser le cap des mixtapes. L’idée du bracelet aussi ça a ramené du neuf, donc ce sera toujours une fierté.

RD : L’album t’a ouvert beaucoup de portes au niveau de l’hexagone et les récompenses, hits parade, B.O,  ont naturellement suivi. T’attendais-tu à ça ?

Oui et non. Oui dans le sens où on avait travaillé pour toucher un public international mais je ne pensais pas que c’est Assiko Flow qui allait me faire entrer en playlist RFI ou signer un contrat d’édition. Etant donné que j’aime rapper sur tout ce que j’aime écouter (instrus old school, instrus de Michael Jackson etc), à la base je voulais juste rapper sur du assiko en dédicace au Plateau.

RD : La bo du film la vie de château de Modi Barry par exemple. Comment ça s’est passé ?

C’est le réalisateur du film qui a contacté Iyane et ils ont trouvé un accord.

RD : T’as bien ‘vendu’ le projet en France, ou disons que le projet a été accueilli là-bas, au niveau de la sous-région africaine et bien au-delà. Le projet a bien été défendu à niveau local mais pas assez je trouve. Qu’est-ce que t’en penses ?

C’est vrai et c’est vraiment dommage.

RD : Tu as sorti Malembe, Gentleman et Keneen après Freengdom. Des morceaux qui ne seront finalement pas inclus dans aucun projet, mais qui ont tenu en haleine le public durant ces deux dernières années. Juste une mise en train avant le véritable projet ou des morceaux pas retenus dans les projets antérieurs?

C’était plus une mise en train avant le projet. Avec Gentleman et Malembe,  j’ai exploité de nouveaux flows et je considère ça comme un entraînement pour « garder la forme ». 

<< Youssou Ndour même s’il sort une compil de 4 titres, je dis bien compil avec des reprises tangalaat ceeb, il ne l’appellera jamais une mixtape ou un E.P et le public non plus. Ben moi, je veux qu’à ma mort, on se souvienne des albums que j’ai sortis et non de tapes ou autres appellations comme si je n’osais pas porter le poids d’un album sur mes épaules >>

RD : Macina devait être un EP. Pourquoi en avoir fait un album maintenant ?

Parce que lo toojul du kawé. Nous les rappeurs, avons souvent tendance à minimiser notre travail alors que nous sommes autant ou plus bosseurs que les acteurs des autres genres! C’est un complexe qui est la conséquence de la discrimination dont le hip hop a été victime depuis sa naissance. Youssou Ndour même s’il sort une compil de 4 titres, je dis bien compil avec des reprises tangalaat ceeb, il ne l’appellera jamais une mixtape ou un E.P et le public non plus. Ben moi, je veux qu’à ma mort, on se souvienne des albums que j’ai sortis et non de tapes ou autres appellations comme si je n’osais pas porter le poids d’un album sur mes épaules alors que je fais des projets avec une vraie direction, une homogénéité dans la proposition, une recherche profonde dans les sonorités, les thèmes, les mix et les masters ! Ç’aurait été dommage de ne pas considérer Macina comme un album. Je l’ai fait avec Freedope, qui avait tout d’un album sauf qu’on avait pas pressé de CDs, et je ne le referai jamais.

RD : Yoroglyphe E-Tracc et Mister Tiere seront les producteurs du projet. Mister Tiere on le présente plus, vous bossez ensemble mais les deux c’est plus récent et leurs noms reviennent souvent dans tes dernières productions musicales. Pourquoi ces choix ?

Pourtant E Tracc a produit et mixé 4 titres de Freengdom. Il est hyper talentueux et polyvalent ! Yoro est un producteur hors pair reconnu dans le milieu français avec qui j’ai la chance de collaborer depuis que mon cousin me l’a présenté. Il prend des directions différentes de celles de Thiere et Tracc et c’est ce don’t j’avais besoin pour garder mon éclectisme.

RD : L’album se nomme Macina, en référence à l’empire Peulh du Macina d’où est originaire ton grand père. Au-delà du titre, qui semble évoquer une dimension personnelle d’Elzo qu’on n’a sans doute pas encore découvert dans tes morceaux, le projet sera introspectif me semble-t-il ?

Macina est le nom de l’empire d’où je suis originaire, mais je l’utilise en référence à mon grand-père car je suis son homonyme et on l’appelait Elhadji Diallo Macina. Oui le projet est très introspectif et autocritique.

RD : Coté musique on peut s’attendre à quoi comme sonorité, vibe ?

Des sonorités actuelles mais à la Mister Thiere c’est-à-dire toujours décalées et à la recherche de la singularité, de la dancehall/tropical, du chant sur du Trap-N-B de E Tracc et du paradoxe avec du thème conscient et sérieux sur de la trap sale de Yoroglyphe entre autres

<< Je pense qu’à cause de la saturation du milieu musical, il est fort probable que l’on retourne aux formats d’albums courts comme à l’époque des cassettes et en voyant récemment les derniers opus de Nas, Kanye et Pusha T ça confirme mon avis >>

RD : Parles nous de la cover. Le choix, la conception, la photo.

Je voulais poser torse nu car si Free est mon pseudo de rappeur et addict de hip-hop, Macina c’est moi, fils de mes parents, petit-fils de mes grands-parents, père de mes enfants, sans make-up et sans artifices.

RD : L’album contient 6 titres, et un de plus dans sa version digitale. C’est devenu une tendance de sortir des projets contenant peu de pistes on dirait. Pourquoi seulement 6 sur Macina ?

Parce qu’il ne sert à rien de faire 16 titres juste pour faire 16 titres. J’ai choisi d’aller à l’essentiel et obtenir un condensé homogène. Je ne l’ai pas fait pour suivre aucune tendance mais je pense qu’à cause de la saturation du milieu musical, il est fort probable que l’on retourne aux formats d’albums courts comme à l’époque des cassettes et en voyant récemment les derniers opus de Nas, Kanye et Pusha T ça confirme mon avis.

RD : Vous allez vous produire à Paris, une release party qui aura lieu le 29, jour de la sortie du projet. A quand le premier show sur Dakar ?

En juillet ou Août inshaAllah.

RD : D’autres évènements prévus pour accompagner la sortie du projet ?

Oui on publiera bientôt les autres dates prévues.

RD : Un dernier mot ?

3 derniers mots : Macina Macina Macina !!!

 

Propos recueillis par Black Milk & Magnsor pour Rapdjolof.